Close

Vive Franco !

01 Nov Publié par dans Cinéma | Commentaires

L’acteur révélé au grand public dans la saga Spider-Man127 heures ou La Planète des singes : Les Origines mène aussi une carrière audacieuse de cinéaste.

James Franco

Dans la foulée des trois volets des aventures de Spider-Man réalisés par Sam Raimi à partir de 2001 où il tenait l’un des rôles principaux, James Franco aurait pu se contenter d’enchaîner les superproductions tout en misant sur son physique de beau gosse. Or, il a toujours pratiqué le contre-pied, alternant films grand public (Mange, prie, aime127 heuresLa Planète des singes : Les OriginesLe Monde fantastique d’Oz), films d’auteur (Harvey Milk de Gus Van Sant, Spring Breakersd’Harmony Korine) tout en menant dès 2005 sa propre œuvre de cinéaste.

Court-métrages, documentaires, long-métrages : il enchaîne les projets sans hésiter à se risquer sur l’expérimental et le bizarre. En 2013, pas moins de trois de ses films ont été présentés dans des festivals : InteriorLeather Bar(coréalisé avec Travis Mathews) à Sundance, As I Lay Dying à Cannes et Child of God à Venise. Le premier, le plus étrange, est sa version des 40 minutes coupées puis détruites du sulfureux Cruising de William Friedkin avec Al Pacino. Afin que ce thriller plongeant dans les milieux gay SM de New York ne soit pas classé X, la Warner en censura une partie. Une trentaine d’années plus tard, Franco a décidé d’imaginer et de tourner ces scènes…

Tête bien pleine

Les deux autres films sont, plus classiquement, des adaptations de monstres sacrés de la littérature : Child of God (Un Enfant de Dieu) d’après Cormac McCarthy et As I Lay Dying (Tandis que j’agonise), sur les écrans depuis mercredi, d’après William Faulkner. En outre, il prépare un biopic de Charles Bukowski après avoir réalisé en 2011 celui de Sal Mineo, partenaire de James Dean dans La Fureur de vivre et Géant, qui assuma publiquement son homosexualité et fut assassiné en 1976.

Par ailleurs, James Franco collectionne les diplômes, prépare un doctorat d’anglais à Yale où il fut également professeur, peint, envisage de publier un recueil de poésie… Ces activités très «arty» ne l’ont cependant pas contaminé par l’esprit de sérieux ou les poses intellos. Il n’oublie pas qu’il fit ses premiers pas d’acteur dans la série TV de Judd Apatow, Freaks & Geeks, et on le vit notamment dans les excellentes comédies – Délire Express (2008),Votre Majesté (2011) – de David Gordon Green. Cette semaine, Franco est à l’affiche de As I Lay Dying (réalisateur, scénariste, acteur) et de C’est la fin (voir article du film) dans son propre rôle, à savoir une vedette hollywoodienne décérébrée. Amusant pied de nez à un système dont il n’est pas dupe.

 

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de