Close

Le grand style de The Style Council

07 Sep Publié par dans Pop / Rock | Commentaires

Un coffret rassemble les six albums studio du groupe anglais The Style Council emmené par Paul Weller. A découvrir ou redécouvrir.

The Style Council ©  Polygram

Paul Weller appartient à la famille des chanteurs et musiciens à peu près inconnus du grand public, mais qui ont pourtant inscrit leur nom dans l’histoire de la pop. Pour cet anglais né en 1958, ce sera en tant que leader du groupe The Jam qui, avec The Sex Pistols et The Clash, formera le trident de la vague punk. A l’inverse de ses camarades, The Jam cultive l’héritage mod, costumes noirs et cravates sur chemises blanches, teinte leur musique de soul en reprenant par exemple Move On Up de Curtis Mayfield. Quand le trio se sépare fin 1982 au sommet de sa gloire, Paul Weller ne tarde à se lancer dans une nouvelle formation dont le nom, The Style Council, dit déjà beaucoup. S’inscrivant dans une certaine idée de la France (celle de la Nouvelle Vague, de l’existentialisme, des clubs de jazz de Saint-Germain et des quais de Seine), dont témoignent les pochettes des premiers disques, le groupe de Weller et du pianiste Mick Talbot, rejoints par le batteur Steve White et la chanteuse Dee C. Lee, impose d’emblée sa signature avec un mini-LP : mélange de soul, de jazz et de pop.

Le piano, les cuivres, les cordes s’invitent au gré d’arrangements foisonnants, de mélodies imparables déclinées en ballades langoureuses comme en titres funky qui feront le prix des deux premiers albums du groupe : Cafe Bleu en 1984 et Our Favorite Shop en 1985. The Style Council annonce la mode de l’acid-jazz qui déferlera quelques années plus tard. De ces œuvres maîtresses demeurent des chefs-d’œuvre n’ayant pas pris une ride :Long Hot SummerMy Ever Changing Moods (enregistrée en version lente et rapide), You’re The Best ThingShout to the Top… Sur Our Favorite Shop, des titres plus rock apparaissent (Internationalists,Walls Come Tumbling Down), propices à exprimer la rage de Weller contre Thatcher, mais aussi de la bossa primesautière sur All Gone Away (littéralement «Tout fout le camp») pour dénoncer les ravages du libéralisme et le nihilisme contemporain.

The Style Council – Classic Album Selection

Affaire de style

Les albums suivants – The Cost of Lovingen 1987 et Confessions of a Pop Group en 1988 – marqueront, malgré quelques très bons titres, une baisse d’inspiration. Quant à Modernism : A New Decade, il sera tout simplement refusé par la maison de disques. Non sans raison car cette tentative d’expérimentation dans l’électro naissante brille surtout par des instrumentaux sans saveur. Fin 1989, The Style Council se sépare. Mick Talbot intègre le groupe d’acid-jazz Galliano tandis que Paul Weller entame une carrière en solo riche aujourd’hui d’une quinzaine d’albums.

Le coffret The Style Council – Classic Album Selection ne propose pas une intégrale du groupe (bien d’autres titres furent enregistrés au gré de compilations ou de versions longues des albums), mais offre l’essentiel. On retrouve avec un bonheur intact une musique à la fois dansante et émouvante, des textes empreints de nostalgie ou de noirceur contrastant avec le swing et l’énergie des compositions. Puis, il y a la voix magnifique de Weller. Bref, beaucoup de classe, d’élégance et de talent. Le style, quoi.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de