Close

Odyssud 2013 / 14 : un démarrage sur les chapeaux de roue dans l’éclectisme le plus parfait

06 Sep Publié par dans Grands Spectacles | Commentaires

A la barre depuis plusieurs années maintenant, exactement juin 2000, Emmanuel Gaillard tient bon le cap de son immense vaisseau spatial qui, basé à Blagnac, n’en finit pas d’attirer un public de plus en plus nombreux, friand de ces 85 spectacles différents répartis sur 305 représentations. Un vaisseau qui fait honneur à sa région puisqu’on le retrouve dans le « Top Ten » des dix salles de spectacles françaises les plus fréquentées, tous équipements publics confondus. Odyssud chapeaute trois festivals, Novelum, Rencontre des Musiques anciennes et Luluberlu pour jeune Public. Mais encore quatre résidences de création, Ali baba et les quarante batteurs, Les Sacqueboutiers, Myriam Naisy et Cie Créature. 

Emmanuel Gaillard - Odyssud

Démarrage sur les chapeaux de roue en effet puisque la saison s’ouvre sur un spectacle musical le 27 septembre avec les Sea Girls et leur quatre filles qui ont décidé de bien en profiter avant que la fin du monde ne soit déclenchée. Mais si l’on détaille simplement sur un mois, les annonces seront plus complètes au fur et à mesure, vous embrayerez avec un spectacle de danse urbaine, les passionnés de hip-hop retrouvant alors les fameuses battles. Puis, ce sera de la danse toujours mais plus traditionnelle avec des danses espagnoles et bien sûr du flamenco par la troupe Enclave Españnol Compania de Danza.

Dans la suite du calendrier de ce début d’automne, du théâtre vous attend avec un sujet classique Le Journal d’Anne Frank, pièce écrite par Eric-Emmanuel Schmitt et de la danse à nouveau par la troupe saisissante d’originalité, la Compagnie Dada Masilo et ses douze danseurs. Un  Lac des cygnes  stupéfiant de beauté et d’émotion. Musique du monde au rendez-vous par le duo malien Amadou et Myriam puis du cirque, mais du cirque avec un seul acteur qui fait tout, David Dimitri, un véritable homme-orchestre sous chapiteau.

Du piano jazz en solo par un nouveau prodige du clavier dont les puissantes impro donnent naissance à une musique hors-normes, j’ai nommé le jeune arménien Tigran Hamasyan. Et le premier événement dans le cadre de Présences Vocales, Le Visage – Le Cœur, un premier concerto pour piano et chœur, ouvrage écrit par Thierry Pecou, avec la participation du pianiste Alexandre Tharaud et du Chœur Les Eléments.

Un brin de musique baroque, étendue sur un siècle, mais de Schütz à Bach avec motets, cantate et requiem par l’Ensemble Ludus Modalis et ses douze chanteurs et dix instrumentistes. Et du cirque à nouveau par une troupe qu’Odyssud affectionne particulièrement, mais comment s’en lasser, Les 7 doigts de la main dans un spectacle appelé Traces, mêlant comme à l’accoutumée cirque, acrobaties et danse.

Et re-jazz avec une légende du piano, Martial Solal dont la tournée d’adieu ne pouvait que passer par Blagnac, avant Musique du monde toujours et Nadau, un chaleureux cocktail instrumental où chant et cornemuses et accordéon et guitares se mêlent et s’entremêlent. Un peu de repos si l’on peut dire avec un spectacle humour, ce sera Alexandre Astier qui bouscule passablement le Jésus, que ma joie demeure de Jean-Sebastien Bach. Quatorze offres différentes sur juste un mois. Qui va oser se plaindre ?

Michel Grialou

Odyssud 1314Odyssud, 4, avenue du Parc, Blagnac. Tél.: 05 61 71 75 10.

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Michel Grialou Plus d'articles de