Close

Ouf !! tournée en Chine sauvée ! gageons que les mélomanes chinois sauront dire merci à Alondra de la Parra

06 Mai Publié par dans Musique classique | 2 Commentaires

La tournée en Chine du 10 au 20 mai est bien confirmée. Elle s’effectue sous la direction de la jeune chef mexicaine Alondra de la Parra, une nouvelle “guerrière“ de l’estrade des salles de concert de musique classique, de la graine de Gustavo Dudamel, c’est peu dire.

De la Parra Alondra © Leonardo Manzo

 L’annulation, pour des raisons personnelles, des concerts du mois de mai 2013 de Tugan Sokhiev, avait contraint d’annuler également la tournée en Chine de l’Orchestre national du Capitole. De nouvelles conditions artistiques favorables permettent de maintenir cette tournée sous la direction de la jeune chef Alondra de la Parra qui a pu se rendre disponible. Les 5 concerts prévus initialement du 10 au 20 mai dans 4 villes chinoises, et attendus dans un pays où l’orchestre s’est produit pour la dernière fois en novembre 2009, seront maintenus avec un léger changement de programme. Mais, ils auront bien lieu.

Cette jeune mexicaine de 32 ans, qui remplacera également Tugan Sokhiev lors des concerts des 5 mai à Rodez et 7 mai à Toulouse, fera ses débuts à la tête de l’Orchestre du Capitole. Qualifiée d’ « extraordinaire » par Placido Domingo, elle vient de remporter un vif  succès à la tête de l’Orchestre de Paris pour ses débuts parisiens. Le Monde du 20 avril ne titrait-il pas « Une écuyère mexicaine met le feu à l’Orchestre de Paris » ? Et, ne lit-on pas encore : « …Mais la jeune personne a du chien et du répondant, une battue ample, raidie par une volonté farouche de précision, de la puissance, et le sourire aux lèvres. (…) sa direction impétueuse, parfois chorégraphique, parfois gesticulée, est d’une efficacité redoutable. »

Alondra de la Parra direction
DEBUSSY             Prélude à l’après-midi d’un faune
RAVEL                Ma Mère l’Oye
CHAVEZ              Sinfonía India
DEBUSSY             Iberia
RAVEL                Boléro
Concert du 7 mai à la Halle aux grains diffusé en direct sur Radio classique  

 

TOURNEE CHINE du 10 au 20 mai
Alondra de la Parra direction
Tatjana Vassiljeva violoncelle

Lundi 13 mai à 19h30 / SHANGHAI – Oriental Art Center
DEQING WEN Variations of a rose
DVORAK Concerto pour violoncelle en si mineur, op. 104 *
RIMSKI-KORSAKOV Shéhérazade

Mercredi 15 mai à 19h30 / WUHAN – Qintai Concert Hall
DEBUSSY Prélude à l’après-midi d’un faune
DVORAK Concerto pour violoncelle en si mineur, op. 104 *
RIMSKI-KORSAKOV Shéhérazade

Vendredi 17 mai à 19h30 / PEKIN – Cité interdite, Concert Hall
Samedi 18 mai à 19h30 / TIANJIN – Grand Theater
Dimanche 19 mai à 19h30 / PEKIN – University
DEBUSSY Prélude à l’après-midi d’un faune
SAINT-SAENS Concerto pour violoncelle n°1 en la mineur, op. 33 *
RIMSKI-KORSAKOV Shéhérazade

Tout sur la « chef-providence » :

Aff-ONCT-07-05-2013Ambassadrice culturelle officielle du tourisme mexicain, Alondra de la Parra est également la première femme mexicaine à avoir dirigé à New York, où elle est née en 1980. Après une enfance passée au Mexique, elle y retourne à l’âge de 19 ans pour intégrer la Manhattan School of Music où elle étudie le piano avec Jeffrey Cohen et la direction avec Kenneth Kiesler.

En 2004, à l’âge de de vingt-trois ans, elle fonde l’Orchestre philharmonique des Amériques. Situé à New York, cet orchestre sert de tremplin pour les jeunes interprètes et compositeurs du continent américain. L’Orchestre connaît désormais un véritable succès : il part régulièrement en tournée au Mexique, présente une saison de concerts à New York et effectue une résidence d’été au Festival de musique des Amériques à Stowe (Vermont), dont Alondra de la Parra est directrice musicale depuis 2005. Le premier disque de l’Orchestre sous sa direction, « Mon Âme mexicaine », est publié par Sony Classical en 2010.

Fréquemment engagée comme chef invité, Alondra de la Parra dirige les orchestres symphoniques de Dallas, Houston, San Francisco, Phoenix, Columbus et San Antonio, l’Orchestre de chambre de Los Angeles, l’Orchestre symphonique du Nouveau Monde de Miami, l’Orchestre symphonique d’Edmonton au Canada, l’Académie de chambre de Postdam, l’Orchestre du Festival de Moritzburg en Allemagne, l’Orchestre symphonique de Hambourg, l’Orchestre symphonique de Tivoli au Danemark, l’Orchestre national de Russie,

l’Orchestre symphonique, de São Paulo au Brésil, celui, du Mexique, de Xalapa, le national de Mexico, l’Orchestre Simón-Bolivar des jeunes du Venezuela, l’Orchestre philharmonique de Buenos Aires, l’Orchestre symphonique d’Aguascalientes, l’Orchestre philharmonique de Montevideo, l’Orchestre du Sun Festival de Singapour à l’occasion d’une collaboration avec l’acteur Geoffrey Rush, et l’Orchestre de l’Opéra national de Washington pour un concert de gala avec Placido Domingo.

Récemment, elle débute au Suntory Hall de Tokyo avec l’Orchestre symphonique des virtuoses du Japon et à la Philharmonie de Munich avec le Bach Collegium Musicum.

Cette saison, elle fait ses débuts avec le Grosses Orchester Graz, l’Orchestre symphonique de Aarhus, l’Orchestre symphonique de la Radio de Berlin, l’Orchestre symphonique du Mitteldeutscher Runsfunk de Leipzig et l’Orchestre national de Lyon.

Michel Grialou 

Orchestre National du Capitole

Partager : Facebook Twitter Email

 

2 commentaires

  • Thierry Lasserre dit :

    Mission accomplie avec « punch », grâce et…maestria. Le 7 mai, vous avez mis dans le mille: encore bravo, et ¡Muchas gracias! a la Señorita de la Parra…
    Cette tournée en Chine sera assurément « exceptionnelle »…
    Après, revenez-nous, suerte!

  • C’est là que l’on se rend compte des mauvaises habitudes prises, car le concert donné à la radio sans connaître le chef qui dirige alors, pour ma part, j’aurais été incapable, évidemment, d’affirmer : « C’est une femme qui dirige!!!!!!! »

    Je dirais même que si l’on pouvait aussi faire l’expérience avec les musiciens de l’orchestre, le résultat serait le même à leur niveau.

    Il n’empêche que l’on ne peut qu’être admiratif devant la prestation et le déroulé de ce concert, et son résultat.

    Affronter, un orchestre qu’on ne connaît pas,

    qui jouit d’une excellente réputation,

    des musiciens très contrariés d’être privés de leur chef “chéri“

    dans un programme de concert difficile que les musiciens connaissent en grande partie mais sous la direction de leur chef attitré,

    rajouter une œuvre inconnue de Carlos Chavez,qui fait son entrée à la Halle, Symphonie n°2

    oser le Boléro, mené d’ailleurs de main de maître dans un magnifique et puissant crescendo qui aurait ravi Maurice

    terminer par un bis inconnu aussi d’Arturo Marquez : Danzon n°2,

    et pour finir, une femme qui monte sur l’estrade !!!!!!!!!! qui dirige sans transpirer à grosses gouttes, qui sourit au public!! avec une gestuelle qui semble vouloir transporter la musique et les musiciens, et qui, ZUT ALORS, n’est pas mais vraiment pas du tout désagréable de silhouette, sans en rajouter dans la goujaterie,

    pour faire simple,et en conclusion, « Mais qui donc peut faire la gueule??!! »
    En tout cas, pas la grande, l’immense majorité du public. Quelques “pisse-froid », c’est sûr, même dans l’effectif de l’orchestre!!! mais la tournée passée, ils n’auront tous finalement que d’excellents souvenirs et remercieront le chef d’avoir eu un tel “toupet“, celui d’accepter un tel challenge.

    Pour ma part, j’espère bien revoir Alondra de la Parra à la Halle.


Michel Grialou Plus d'articles de