Close

Sur un arbre perché, un bateau…

03 Mai Publié par dans Cinéma | Commentaires

« Mud – Sur les rives du Mississippi », un film de Jeff Nichols

7760969551_mud-sur-les-rives-du-mississippiIl y a un peu plus d’un an, ce réalisateur américain nous clouait au fauteuil avec un Take Shelter  couvert de prix prestigieux et mérités. Cette Amérique profonde dont il sondait alors la paranoïa, la revoici avec son dernier opus. Cette fois, Jeff Nichols va planter sa caméra sur l’un des  plus grands fleuves du monde, le Mississippi et plus particulièrement sur l’une de ses îles. C’est là que deux gamins de 14 ans, Ellis, dont les parents sont en train de divorcer, et Neckbone, un orphelin élevé par son oncle, pêcheur de moules, découvrent un jour un bateau planté, comme échoué, au sommet d’un arbre. Il a l’air en ruine sauf qu’en fait il est habité par Mud. Cet homme, tatoué et armé, qui porte beau sous son écran de crasse, est assez indéfinissable pour les ados : sans logis, vagabond, repris de justice, assassin en cavale ? Bingo, c’est bien çà. Cet homme a tué par amour le mec qui faisait du mal à sa bien-aimée, Juniper (Reese Witherspoon). Il est activement recherché par la police et, surtout, par la famille de la victime, de dangereux sectaires surarmés. Les deux garçons vont décider de l’aider à rafistoler le bateau. Pour cela ils vont être amenés à prendre des risques d’autant plus non mesurés qu’il n’est pas sûr que Mud ne les manipule pas. Ellis, en pleine crise post pubère,  va apprendre, à ses dépens, que Mud ne lui dit pas tout et que ses sentiments amoureux pour Juniper ne sont pas forcément partagés. A son  grand désespoir, lui qui idéalise son tout jeune sentiment amoureux. Véritable conte initiatique qu’aurait pu signer Mark Twain, Mud trouve dans son personnage-titre un Matthew McConaughey fascinant d’ambigüité et de lumière, sans oublier le jeune Tye Sheridan (Ellis), totalement bluffant dans un rôle particulièrement exposé. Le film à voir en ce moment !

Robert Pénavayre

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de