Close

La vie mode d’emploi

23 Mar Publié par dans Cinéma

Dans 40 ans, mode d’emploi, Judd Apatow radiographie un couple face à la crise de la quarantaine et l’usure conjugale. Formidable.

Si Judd Apatow a renouvelé la comédie américaine contemporaine en tant que producteur, scénariste et réalisateur en propulsant une génération d’artistes aux talents multiples (Ben Stiller, Will Ferrell, Seth Rogen, Jonah Hill…), son propre parcours de cinéaste devient aussi passionnant qu’impressionnant. Après 40 ans, toujours puceau (2005) et En cloque, mode d’emploi (2007), Funny People (2009) abordait des thèmes plus sombres faisant baigner le film dans un désenchantement burlesque. 40 ans, mode d’emploi (This Is 40 en VO) prolonge ce registre de la comédie dramatique baptisée «dramedy» aux Etats-Unis.

vignette-article-5078

Pete et Debbie vont avoir quarante ans, même si elle n’en revendique que trente-huit. Parents de deux pestes âgées de huit et treize ans («des pétasses égoïstes», reconnaissent-ils) passant leur temps à se chamailler ou devant leurs gadgets électroniques (i-Pod, i-Pad, i-Phone…), ils voient leur couple s’abîmer dans la routine, les petits mensonges et les disputes incessantes. Par ailleurs, le label discographique créé par Pete bât de l’aile tandis que la boutique de fringues de Debbie a un trou de 10 000 dollars. Du côté de la famille élargie, cela n’est guère mieux. Le père de Pete, qui a eu des triplés avec sa seconde femme – vit depuis longtemps à ses crochets tandis que celui de Bettie a toujours brillé par son absence. De plus, la quarantaine s’accompagne d’examens médicaux désagréables (coloscopie, mammographie, toucher rectal…) censés prévenir ou guérir (un fibrome pour elle) de méchantes maladies.

Voyage à deux (et un peu plus)

40-Ans-Mode-D_Emploi-Affiche-FranceTrès vite, 40 ans, mode d’emploi frappe par sa liberté et son audace narratives. Plus qu’une histoire chargée en rebondissements ou une comédie jouant sur la montée en puissance, Judd Apatow nous livre des tranches de vie, des scènes parfois sans enjeu dramatique, mais qui dessinent des personnages, des climats, le temps qui passe, les regrets et les occasions gâchées. Il prend son temps (2h14mn) sans que jamais l’on ne s’ennuie. La musique offre également l’une des portes d’entrée à cette chronique sur le dur métier de vivre. Si Pete essaie de relancer la carrière d’un vieux rocker démodé (Graham Parker dans son propre rôle), c’est parce qu’il sait que les grandes chansons ne servent pas qu’à danser et qu’elles nous aident à avancer dans les ténèbres.

Faussement centré sur un couple (formidables Paul Rudd et Leslie Mann, madame Apatow à la ville, élevant la scène de ménage au rang d’art), 40 ans, mode d’emploi distille un plaisir jubilatoire grâce à ses personnages secondaires conférant au film une dimension presque chorale. L’amour qu’Apatow porte aux comédiens – ici Megan Fox, Chris O’Dowd, Jason Segel, John Lithgow, Melissa McCarthy, Albert Brooks ou la jeune Lena Dunham (dont il produit l’excellente série Girls) – nous vaut de grands moments d’interprétation, aussi bien dans la finesse que dans l’explosion de colère et d’insultes, soupape qui permet à ces êtres en crise de rester en équilibre. Dans ce registre, le générique de fin offre une prise alternative d’une tirade hilarante de Melissa McCarthy.

À certains moments, la rage et le rire laissent place à une certaine amertume teintée de noirceur. On ne s’attarde pas pour autant (la révélation d’un avortement subi par un personnage à l’âge de quatorze ans, la prostitution ou l’addiction à la drogue pour d’autres), les répliques fusent, les chansons défilent (bande originale épatante, comme d’habitude). Le mélange des genres entre comédie et tragédie fonctionne à merveille. Au-delà de la présence de sa femme et de leurs deux filles devant la caméra, on peut deviner une part autobiographique dans ce qui est à ce jour le film le plus fragile et le plus émouvant de Judd Apatow, à l’image de Ryan Adams chantant dans les dernières images Shine Through The Dark. Ce qui aurait pu faire un très bon titre pour 40 ans, mode d’emploi.

Partager : Facebook Twitter Email

 

Les Commentaires sont fermés

Christian Authier Plus d'articles de