Close

La loi du désir

10 Mar Publié par dans Opéra | Commentaires

« Don Giovanni » revient au Théâtre du Capitole dans la production signée en 2005 par Brigitte Jaques-Wajeman, avec les barytons Christopher Maltman et Kostas Smoriginas, sous la direction d’Attilio Cremonesi.

Don Giovanni

« Don Giovanni » © Patrice Nin

Metteur en scène, Brigitte Jaques-Wajeman a créé en 2005 au Théâtre du Capitole une production du « Don Giovanni », de Mozart, aujourd’hui reprise à Toulouse pour la seconde fois. Elle approfondissait alors une exploration du mythe de Dom Juan entamée au théâtre avec la pièce de Molière. Selon elle, «le Don Giovanni de Mozart est un rebelle à tout ordre social, c’est Eros qui le mène. Il y a chez lui une dimension de jubilation érotique, d’appel à la jouissance en même temps qu’une nature pure à l’image d’un jaillissement dionysiaque. Il avance en permanence, il se reconstitue à partir de ses échecs et quand il chante « Viva la libertà ! » ce n’est pas seulement contre la religion mais plutôt contre tout ordre social. Quand il y a trente ans on écoutait les discours sur l’amour, sur le désir, sur la sexualité, Don Giovanni était au cœur de la question. Aujourd’hui nous assistons à un retour de l’ordre moral absolument forcené… Don Giovanni est une force positive d’une incroyable puissance et quand il disparaît à la fin de l’ouvrage tout revient dans l’ordre, mais quelle tristesse ! […] Don Giovanni incarne la pureté du désir, à la fois angoissante et jouissive. Scéniquement, je dirai simplement que j’ai essayé avec l’aide du décorateur-costumier Emmanuel Peduzzi, de donner à l’œuvre une dimension onirique. Nous sommes, avec Don Giovanni, dans le cadre du mythe, ce n’est pas un homme, mi dieu, mi animal, c’est l’énergie même de la vie. J’ai donc travaillé sur un espace qui donne une dimension métaphysique, où la nature prédomine, la dimension érotique se mettant en place dans un espace de révolution de l’être», termine-t-elle dans un entretien publié par le Théâtre du Capitole.

Réunissant comique et sérieux, héroïsme majestueux et simplicité paysanne, la partition de cet opéra créé en 1787 – co-écrit par Mozart et son librettiste Da Ponte – est dirigée par Attilio Cremonesi. Le chef italien retrouve l’Orchestre national du Capitole après avoir dirigé « Così fan tutte » deux ans plus tôt. Le rôle-titre de baryton sera tenu en alternance par l’Anglais Christopher Maltman et le jeune Lituanien Kostas Smoriginas. Ils feront tous les deux leurs débuts à Toulouse. Le premier interprète Don Giovanni sur les plus grandes scènes – notamment au festival de Salzbourg dans une production remarquée de Claus Guth captée en vidéo(1) – et dans un film réalisé en 2011 pour le cinéma par le metteur en scène Kasper Holten, mais non distribué en France(2). Le second vient de chanter le rôle à Santiago du Chili et se produira sur la scène du Capitole lors des deux dernières représentations(3).

Déjà appréciée à Toulouse dans les opéras de Mozart « Cosi fan tutte » en 2006 et « la Clémence de Titus » la saison dernière, la soprano géorgienne Tamar Iveri reprend le rôle de Donna Anna qu’elle avait interprété en 2007, dans la même production au Capitole. Après Munich, Milan, Venise, Berlin, Vienne, ou Londres, le baryton-basse italien Alex Esposito incarne Leporello à Toulouse. Il s’est déjà illustré ici dans le rôle de Figaro en 2008 et celui de Guglielmo dans « Cosi fan tutte » en 2011. Déjà applaudis dans « le Barbier de Séville » en 2011, la distribution réunit de nouveau le ténor russe Dmitry Korchak en Don Ottavio et la mezzo-soprano espagnole Maite Beaumont en Donna Elvira. La basse russe Alexey Tikhomirov et le baryton serbe Ipča Ramanović font leurs débuts à Toulouse dans les rôles respectifs du Commandeur et de Masetto, et la jeune soprano française Vanina Santoni prête sa voix à Zerlina.

Jérôme Gac

« Don Giovanni », du 15 au 28 mars, au Théâtre du Capitole, place du Capitole, Toulouse. Tél.: 05 61 63 13 13.
Introduction au spectacle, avant la représentation, 19h00.

Conférence : «L’originalité d’un remake», par Michel Noirey (musicologue), jeudi 14 mars, 18h00 (entrée libre).
Un thé à l’opéra : «Du théâtre à l’opéra», samedi 23 mars, 16h30 (entrée libre).
Journée d’études : «Les mille et trois visages d’un séducteur», mercredi 27 mars, de 9h00 à 17h00 (entrée libre).

Midis du Capitole : Ipča Ramanović (baryton), Robert Gonnella (piano), jeudi 21 mars, 12h30, au Théâtre du Capitole.

(1) DVD & Blu-Ray (EuroArts / Harmonia Mundi, 2008)
(2) DVD & Blu-Ray (Axiom Films, 2012)
(3) mardi 26 et jeudi 28 mars, 20h00.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de