Close

Rythmes de danse : triptyque de rythmes

03 Mar Publié par dans Danse | Commentaires

Entrelacs (Kader Belarbi)
Qui pratique la danse avec son ombre […] ressent intérieurement ce que calligraphier peut signifier lorsque le corps se fait pinceau et l’espace feuille : les instruments diffèrent, la vigueur demeure. [1]

Un décor d’arbres, de maison de thé laisse place au plateau blanc, feuille de riz vierge où le paysage va être peint. Le corps de ballet, en délicats hakama de transparence d’aquarelle, esquisse le fond, tandis que les pinceaux jaune, violet, rouge engendre[nt] et anime[nt] au fur et à mesure toutes les formes comme de multiples métamorphoses [du] premier trait [2]. L’obsession lancinante, le temps étiré de Fratres (Arvo Pärt) met en péril certains ensembles, la violence entêtante des percussions de Rebonds (Xenakis) fait le trait plus rapide, perturbe les équilibres et les hauteurs de jambes.

 

 

 

 

 

ThrillThe Vertiginous Thrill of Exactitude (William Forsythe)
Sur la fulgurance du scherzo de la Neuvième symphonie de Schubert, c’est un concentré de ballet classique en onze minutes, une caricature rassemblant toutes les difficultés, augmentées de surcroît de lignes qui vont plus loin, de déhanchés, de décalages [3], avec une vitesse d’exécution à couper le souffle. Les cinq danseurs sont au bord du gouffre mais n’y tombent pas, remarquables de vélocité sans pour autant raccourcir le geste. Les tutus de farces et attrapes de Stephen Galloway, en feuille de nénuphar, ne facilitent pas la tâche des danseuses.

 

 

 

Anarchist Unit Related to Art (A.U.R.A.) (Jacopo Godani)
Jeux de lumières en noir et gris, néons blafards, espace lumineux étendu aux premiers rangs du public créent une atmosphère angoissante, renforcée par la musique obsédante de Ulrich Müller et Siegfried Rössert (48nord). Les danseurs s’expriment en corps et en cris dans des ensembles énergiques et précis, succession d’accélérations et d’arrêts dans des poses de sculpture. Le solo féminin, le duo des garçons, corps malléables [2] sont d’une sensualité violente et magnifique.

Aura

A.U.R.A.

[1] Cyrille J.-D. Javary, L’écrire étincelant. In Fabienne Verdier, L’Unique trait de pinceau, Albin Michel 2001
[2] Kader Belarbi, Rythmes de danse, programme de salle du Ballet du Capitole, février 2013
[3] Minh Pham, répétition publique, 5 février 2013

Halle aux Grains, 24 février 2013

Une chronique de Una Furtiva Lagrima

Partager : Facebook Twitter Email

 


Plus d'articles de