Close

Corps manipulés

05 Fév Publié par dans Danse | Commentaires

Des pièces de William Forsythe, Kader Belarbi et Jacopo Godani dans «Rythmes de danse», programme chorégraphique du Ballet du Capitole, à la Halle aux Grains.

« A.U.R.A. » © Wolfgang Runkel

Sous l’intitulé «Rythmes de danse», le troisième programme de la saison du Ballet du Capitole regroupe trois pièces présentées à la Halle aux Grains. Directeur de la danse au Théâtre du Capitole, Kader Belarbi explique : «Je m’interroge toujours sur laquelle de la musique ou de la danse est le moteur du spectacle. De l’une et de l’autre, laquelle est première ? Probablement ni l’une, ni l’autre. En revanche, je sais que le rythme est ce qui préexiste à l’une comme à l’autre». Le chorégraphe remonte à Toulouse pour l’occasion « Entrelacs », pièce créée en 2007 pour le Ballet national de Chine, à Pékin. «Je suis dans des circonvolutions de formes et de lignes qui s’enchevêtrent et dialoguent entre elles», prévient-il. Où l’espace scénique est conçu comme «un paysage à peindre», et le corps envisagé comme «le pinceau mû par le souffle rythmique, par où tout commence». Les compositions d’Arvo Pärt et Iannis Xenakis accompagnent cette évocation de la calligraphie.

La compagnie toulousaine reprend ensuite « the Vertiginous thrill of exactitude ». Créée en 1996 pour cinq danseurs du Ballet de Francfort et considérée comme l’une des plus classiques de William Forsythe, cette pièce est un hommage décoiffant et un brin ironique à Balanchine. «Chorégraphiée sur l’Allegro vivace de la Neuvième symphonie de Schubert, « the Vertiginous thrill of exactitude » est d’une rapidité vertigineuse comme l’évoque son titre. Forsythe a utilisé ici toute la notion académique dans sa plus belle ligne et sa plus belle rigueur et l’a modelée d’après la fulgurance et la rapidité d’exécution classique de Schubert», poursuit Kader Belarbi.

Le programme s’achève sur « A.U.R.A. » (photo), pièce de Jacopo Godani créée en 2009. Les danseurs du Ballet du Capitole approfondissent ainsi leur relation avec l’univers artistique du danseur et chorégraphe italien – ils ont notamment déjà interprété la saison dernière « Spazio-tempo ». «Son propos reste toujours la malléabilité du corps dans une énergie féroce qui en même temps peut tout aussi bien évoquer le chamallow. Sur le traitement de rythmes et de sons de 48nord, formation musicale avec qui Jacopo Godani collabore depuis 2006, les corps sont « malaxés » et en suspension dans le temps et l’espace», termine Kader Belarbi.

Jérôme Gac

Du 21 au 24 février, à la Halle aux Grains, place Dupuy, Toulouse. Tél. 05 61 63 13 13.Démonstration commentée d’extraits de «Rythmes de danse», mardi 5 février, 20h00, à l’auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines, 12, place Saint-Pierre, Toulouse. Tél. 05 61 63 13 13.

Carnet de danse : démonstration commentée par des artistes, samedi 9 février, 18h00, au Théâtre du Capitole (entrée libre).

Conférence : «Rythmes et techniques de danse», lundi 18 février, 18h00, au Théâtre du Capitole (entrée libre).

Projection du documentaire « Stomp out loud », mardi 19 février, 19h00, à la Cinémathèque de Toulouse, 69, rue du Taur, Toulouse. Tél. 05 62 30 30 11.

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de