Close

Professeur Spielberg

26 Jan Publié par dans Cinéma | Commentaires

« Lincoln », un film de Steven Spielberg

Dire que l’on attendait beaucoup du dernier opus du réalisateur américain relève de l’euphémisme. Bon, cela dit, Spielberg, c’est Spielberg et le cinéaste a quand même au-dessus de sa cheminée quelques trophées aussi brillants que justifiés. Cette fois, sans aller jusqu’à parler de déception, ce serait parfaitement exagéré, reconnaissons tout de même que l’enthousiasme n’est pas totalement de mise après les quelques 2h30 de ce biopic, en fait les quatre derniers mois de la vie du 16ème Président des USA, Abraham Lincoln. Le scénario se focalise donc sur la lutte de cet homme admirable pour inclure un 13ème amendement à la Constitution de son pays, l’amendement abolissant l’esclavage, alors que la Guerre de Sécession fait rage. Intègre forcené, Lincoln finira par employer presque tous les moyens à sa disposition afin d’obtenir les voix nécessaires à l’adoption de cet amendement. Ce film est donc un défilé de portraits de politiciens, Républicains et Démocrates, dont la lutte violente aboutira finalement à l’arrêt définitif, aux USA, de cette honte millénaire que fut l’esclavagisme.  Et pour convaincre tout ce petit monde arc bouté sur des intérêts économiques évidents, il faut parler, beaucoup parler, justifier sa position, parfois au moyen de paraboles bibliques. Malgré ses éblouissantes et indiscutables qualités visuelles, le dernier opus de Spielberg pêche donc par son interminable et dense logorrhée.  Cela dit, l’intérêt historique est évident et c’est certainement pour cela qu’en fait on ne s’ennuie pas non plus. D’autant que Daniel Day-Lewis semble né pour incarner ce personnage fondamental dans l’Histoire du monde. Il parait improbable d’ailleurs qu’une récompense suprême ne vienne pas saluer pareille performance. Pour ce film par trop didactique, c’est autre chose…

Robert Pénavayre

Toutes les bandes annonces et Horaires de vos Cinémas sur Culture 31

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de