Close

Le bal des cocus

10 Déc Publié par dans Théâtre | Commentaires

« Tailleur pour dames », de Feydeau, s’affiche de nouveau dans la brillante mise en scène de Pierre Matras : une des plus belles réussites du Grenier de Toulouse à apprécier à L’Escale, à Tournefeuille.

Désormais en résidence dans les murs de L’Escale – le tout nouveau théâtre de Tournefeuille -, la compagnie du Grenier de Toulouse poursuit son entreprise de ralliement d’un large public en proposant des spectacles de création ou de reprise. Pour les fêtes, ils ressortent du placard « Tailleur pour dames », de Georges Feydeau, dans la mise en scène de Pierre Matras créée il y a déjà dix ans au Théâtre Sorano, et montrée dans de nombreuses salles de l’agglomération toulousaine. Les accrocs affichés par le décor témoignent des multiples représentations à créditer au compteur de ce spectacle réjouissant où les portes ne cessent de claquer. Dans cette comédie du cocufiage, où la mécanique des chassés croisés incessants rivalise avec de vertigineux vautrages, maris et femmes jouent une partie de cache-cache kafkaïenne. Une belle-mère envahissante et un domestique très «gai» complètent le tableau.

De ce vaudeville qui manie l’art du quiproquo à satiété, Pierre Matras a tiré un cocktail frais et pétillant. La pièce est revigorée de milles inventions échappées de sa créativité folle : ses discrètes pastilles acidulées en forme d’anachronismes cocasses, impromptus burlesques et autres apartés au public et aux techniciens, font ainsi vaillamment monter la mayonnaise comique. Rodé à foison au fil des années, le spectacle ne souffre d’aucune faiblesse, ne laissant au spectateur que peu de répit pour respirer entre les instants dramatiques les plus débridés. Les comédiens prennent ouvertement leur pied, dopés qu’ils sont par les rires en cascade d’un public vite conquis.

Jérôme Gac

 

Du 13 au 31 décembre, du mercredi au dimanche, à L’Escale, place de la Mairie, Tournefeuille. Tél. 05 62 13 21 52.

Billetterie en Ligne

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de