Close

Avec Le Bourgeois Gentilhomme, Lully et Molière livrent la plus aboutie des comédies-ballets

15 Nov Publié par dans Théâtre | Commentaires

A Odyssud, elle est servie par une production fastueuse et alerte, brillante et lumineuse, avec un Jean-Baptiste Poquelin-François Morel touchant et drôle.

Présenter la pièce dans la version originale  avec les intermèdes chantés et dansés qui s’insèrent dans l’action dramatique, afin de restituer l’ambiance de fête scénique débridée propre à la comédie-ballet, tel est le spectacle livré par Catherine Hiegel, aidée en cela par une vingtaine de comédiens, musiciens, chanteurs et danseurs. « Une grande fête baroque où l’on chante, on danse, on se bat et l’on se moque des turqueries du “grand Mamamouchi“.

N’oublions pas le point de départ : un « ballet turc ridicule » accompagné d’une comédie, c’est ce que Louis XIV exige de Molière et Lully pour effacer la blessure d’amour-propre que vient de lui infliger la visite du dédaigneux Soliman Aga, l’envoyé du Grand Turc à la Cour, en 1669. On sait que rien ne viendra démentir le succès qui accueillit la création du Bourgeois Gentilhomme, « l’histoire d’une folie intérieure sur fond d’intrigues amoureuses ». Elle eut lieu le 14 octobre 1670 au Château de Chambord, devant le Roi.

François Morel

Quant à François Morel, pour qui a la tête pleine encore de souvenirs des Deschiens, on est sûr que Monsieur Jourdain ne peut être qu’un rôle dans lequel il va se glisser comme dans un gant, prenant la place avec toute l’aisance voulue d’un Molière, raillant une bourgeoisie qui blanchit ses origines avec ces « savonettes à vilains » que sont charges et titres de noblesse mis en vente par le Trésor ! Sa force comique, ses capacités de naïveté et d’étonnement, mimiques, gestes et regards sont des atouts qui sauront à chaque réplique faire “mouche“. Mais si François Morel avoue « être lui-même un brave type un peu lunatique », Monsieur Jourdain est lui aussi un “gentil“….dindon !

On est tout aussi impatient de découvrir la subtile harmonie entre théâtre, musique et danse de Catherine Hiegel, quel sera donc entre autres le traitement subi par la partition de l’autre “Baptiste“, « aussi excellent grimacier qu’excellent musicien », partition d’une étonnante richesse, dont la fameuse « Marche pour la cérémonie des Turcs » qui deviendra la première musique populaire de janissaires !!

Mais relisez donc vos classiques, votre Molière ! Le spectacle n’en aura que plus de sel !

Michel Grialou

Odyssud Blagnac – Réservation
A partir du 21 novembre jusqu’au 25 novembre

Partager : Facebook Twitter Email

 


Michel Grialou Plus d'articles de