Close

« Animal, image de marque »: une expo vachement bien!

12 Nov Publié par dans Arts plastiques | Commentaires

Le chocolat Poulain, le savon Le Chat, les cigarettes Camel… Les exemples d’animaux choisis pour représenter une marque sont nombreux. Pour en savoir plus et découvrir entre autres comment est né le logo de la Vache qui rit, direction le Centre de l’Affiche de Toulouse!

« Animal, image de marque »: voilà le thème de l’exposition proposée jusqu’au 23 novembre par le Centre de l’Affiche de Toulouse, la seule institution municipale en France spécialisée sur l’affiche, la carte postale et l’art graphique. En effet nous sommes entourés de publicités en tous genres, et nombreuses sont les marques qui ont choisi un animal pour emblème. Pour en savoir un peu plus, je me suis rendue à la visite guidée qui est proposée chaque mardi après-midi.

Pendant environ une heure, une conférencière a décrypté une cinquantaine d’affiches publicitaires datant pour la plupart du siècle dernier. Si on comprend aisément certaines associations, telles que le savon Le Chat (animal propre et doux), les supermarchés Mammouth qui « écrasaient » les prix ou encore le chocolat Poulain (nom du confiseur fondateur de la marque), d’autres sont plus étonnantes, comme le zèbre de la marque Zebraline pour représenter des produits d’entretien ou le dromadaire de la marque de cigarettes Camel…

On découvre également l’histoire de la fameuse marque Vache qui rit! A l’origine, le célèbre logo a été dessiné par l’illustrateur Benjamin Rabier afin d’identifier les camions de ravitaillement en viande fraiche pendant la Première Guerre Mondiale. Le dessin est surnommé la « Wachkyrie » pour se moquer des Valkyries, qui étaient les emblèmes des transports de troupes allemandes. Quelques années plus tard, l’affineur Léon Bel demande à son ancien compagnon de tranchées s’il peut reprendre son dessin pour vendre son fromage fondu, et il lance la Vache qui rit!

L’entrée à l’exposition est libre mais je recommande vivement la visite guidée car, si le Centre de l’Affiche met à la disposition des plus jeunes un assortiment de fiches pédagogiques, il n’y aucune information à côté des affiches. Voilà une sortie à coupler avec une balade au jardin Raymond VI pour admirer les portraits de « Danseurs dans la ville« !

Une Chronique de My Little Discoveries

Partager : Facebook Twitter Email

 


Plus d'articles de