Close

J’ai fait un rêve

30 Sep Publié par dans Cinéma | Commentaires

« Camille redouble », un film de Noémie Lvovsky

31 décembre au soir, Camille, 40 ans, actrice de série B, se fait larguer par Eric, son amour de jeunesse avec qui elle a eu une fille. Qu’à cela ne tienne, Camille va faire la fête avec ses amis. Au 12ème coup de minuit, après moultes coupes de champagne, Camille s’effondre, ivre morte. Lorsqu’elle se réveille le lendemain matin, elle est dans un lit d’hôpital, c’est là que viennent la chercher ses parents, morts depuis bien longtemps. Panique ! Alors que dans sa tête, Camille a toujours 40 ans et l’expérience d’une vie, tous les gens aujourd’hui la considèrent et la voient comme si elle avait 16 ans ! Très vite elle va s’abandonner à cet imbroglio temporel et, du coup, va même essayer d’influer sur son passé, tentant vainement d’empêcher sa mère de mourir d’un AVC ou encore Eric de la rencontrer, sachant comment il va la larguer 20 ans après. Mais on ne refait pas l’histoire. Ou si peu… Le dernier opus de cette réalisatrice, qui tient au passage, et de quelle manière, le rôle principal, est un pur moment de grande émotion et  de franche gaieté. Ciselant ce faux « Retour vers le futur » avec un art consommé du fantastique et du merveilleux, Noémie Lvovsky a su s’entourer, jusque dans les plus courtes scènes, de comédiens superlatifs comme par exemple Jean-Pierre Léaud en horloger bien mystérieux, Micha Lescot en metteur en scène hystérique inoubliable, Mathieu Amalric en prof de français totalement dépassé, Denis Podalydès en physicien intrigué, Yolande Moreau et Michel Vuillermoz en parents de Camille totalement épatants, enfin un Samir Guesmi au mieux de sa forme dans les deux âges d’ Eric. Il ne restait plus à Noémie Lvovsky qu’à compléter ce casting haut de gamme avec sa Camille tout à la fois lunaire, émouvante, rigolote, irrésistible et bourrée d’un charme ravageur. Une prouesse !

Robert Pénavayre

Toutes les bandes annonces et Horaires de vos Cinémas sur Culture 31

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de