Close

Derniers feux

14 Juin Publié par dans Danse | Commentaires

Accompagné par l’Orchestre de chambre de Toulouse, le Ballet du Capitole met à l’honneur la danse académique et néoclassique avec « D’Ouest en Est », au Casino-Théâtre de Toulouse.

Directrice du Ballet du Capitole depuis 1994, Nanette Glushak quittera ses fonctions à Toulouse cet été. « D’Ouest en Est », le dernier spectacle qu’elle a imaginé pour la compagnie toulousaine est dédié à la danse académique et néoclassique. Tout naturellement, des chorégraphies de Balanchine ouvrent et terminent ce programme donné au Casino-Théâtre, accompagné par l’Orchestre de chambre de Toulouse dirigé par le chef israélien Nir Kabaretti. Née à New York, Nanette Glushak s’est en effet formée à la School of American Ballet fondée par George Balanchine. Sur l’invitation du chorégraphe d’origine russe, elle a rejoint sa troupe du New York City Ballet à l’âge de seize ans, avant de danser à l’American Ballet Theatre en tant que première soliste. Elle y a tenu les rôles principaux dans la plupart des ballets du répertoire, ainsi que dans les chorégraphies de Balanchine, Jerome Robbins, Alvin Ailey…

Dans ce programme du Ballet du Capitole, la danse académique est représentée par deux pas de deux signés Marius Petipa pour « le Corsaire » et « Don Quichotte », créés à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Ces ballets ont été re-chorégraphiés ces dernières années par Nanette Glushak à Toulouse. L’académisme russe s’est américanisé pour devenir le style Balanchine, dont « Concerto Barocco » est particulièrement représentatif. Sur un concerto pour deux violons et orchestre de Jean-Sébastien Bach, le chorégraphe d’origine russe créait cette pièce en 1941, entrée au répertoire de la compagnie toulousaine en 2008. Avec « Slaughter on 10th Avenue » (Meurtre sur la 10e avenue), Balanchine se souvient en 1968 de ses débuts pour des comédies musicales à Broadway et Hollywood. Il s’agit d’un extrait de « On your toes », première des quatre comédies musicales de Richard Rodgers et Lorenz Hart chorégraphiées par Balanchine. Une pièce dansée pour la première fois à Toulouse en 2004. Enfin, le Ballet du Capitole reprendra « Petite Mort » (photo), une création que le génial Jiří Kylián livrait au Festival de Salzbourg en 1991. Elle utilise les mouvements lents des concertos pour piano n°21 et n°23 de Mozart, à l’occasion du bicentenaire de la mort du compositeur.

Jérôme Gac
« Petite Mort » © David Herrero

Une chronique d’Intramuros mensuel

Du 21 au 24 juin, au Casino-Théâtre, 18, chemin de la Loge, île du Ramier, Toulouse.

Réservation


Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de