Close

Les Indes Galantes version de Toulouse annoncent une nouvelle ére : Vive la jeunesse !!!

10 Mai Publié par dans Opéra | 2 Commentaires

Les Indes de Toulouse : Ouaahhhh !!!!!

Cela fera le buzz, c’est certain. Elle est incroyable cette coproducion du Capitole de Toulouse, de l’Opéra de Bordeaux et de Nuremberg ! Elle va faire des heureux ! Disons le d’emblée, c’est l’intelligence et la finesse de l’adaptation scénique de Laura Scozzi qui rendent fulgurante une œuvre qui théâtralement ne vaut pas la peine d’être jouée. On le dira franchement c’est le plus mauvais livret, carrément «bâclé», de tout ce que l’on peut donner sur une scène d’opéra. Aucune dramaturgie dans ce galimatias, véritable méfait, enchaînement insensé  d’un prologue et de quatre entrées. Ce ballet est indigent, on le savait. Qu’il ne valait que par la riche partition des musiques de danse de Rameau aussi et que des suites en concert en donnaient le meilleur tout autant. Nous rendons donc grâce à l’intelligence, la culture, l’esprit de synthèse et la pertinence  de Laura Scozzi qui signe la meilleure mise en scène « moderne » d’un opéra baroque qui se puisse espérer. Les décors sont somptueux celui de la forêt le plus émouvant, les costumes sont subtils et les lumières toujours complices. Les projections vidéo sont pleines d’humour et de sens : quelles courses faisons nous en avion autour du globe dans tous les sens !

Hébé divinité de la jeunesse s’éveille dans le monde primitif de beauté et de pureté,  ce tableau d’ouverture est un pur enchantement

L'innocence s'éveille à la conscience

Le paradis est envahi par l’Argent sous les traits de Bellone la Guerre !

Mené par Bellone l'Homo Faber va nous montrer de quoi il est capable

Les quatre entrées du ballet vont ensuite nous faire voyager avec humour et finesse dans les quatre coins du monde contemporain  avec les conséquences des actes humains et trois Amours vont essayer de sauver ce qui est possible…..

La Turquie du Bosphore entre plage et naufrages

Le Pérou des Narcotrafiquants

Le femmes asservies en objet floral…

Mais surtout au final les Sauvages c’est NOUS !!!!

Un spectacle merveilleux à voir absolument surtout en cette période  pleine d’espoir par un si beau soleil après les ténèbres. Cette production deviendra historique!

Ce spectacle complet et d’un genre nouveau  ne pouvait naitre qu’à Toulouse !

Il va tourner dans le monde pour réveiller les hommes !

Photos de Patrice Nin

Chronique sur classiquennews.com

 

 

Partager : Facebook Twitter Email

 

2 commentaires

  • Ulysse dit :

    Bonjour,

    Je pense que vous avez fait une petite erreur dans votre critique sur classiquenews.com. Vous mentionnez Julia Novikova en Amour, Roxane et Zima, mais le personnage des Perses, en tailleur rose, rappelant Marilyn et Jackie Kennedy est le personnage d’Atalide, interprété par Judith Van Wanroij. Le rôle de Roxane etant une femme de ménage en costume persan, je pense qu’il n’y a pas d’ambiguïté possible! Je me permets de le relever car si vous l’avez aimée, il me parait plus juste de mentionner cette artiste. D’ailleurs, au moment des saluts, elle saluait en costume d’Atalide, à côté de Julia Novikova en costume de Zima. Alors rendons à César ce qui appartient à Cesar, n’est-ce pas? Merci pour vos articles.


Plus d'articles de