Close

Los Pajaros perdidos : un petit bijou de musiques d’ailleurs : du 5 étoiles

04 Fév Publié par dans CD / DVD | 1 commentaire

Après Teatro d’amore qui a pu enchanter le public de la Halle aux Grains à Toulouse, suivi de Via Crucis, Christina Pluhar nous a concocté avec son ensemble L’Arpeggiata et quelques invités, un nouveau projet dit “mixte“, très coloré, consacré à des musiques traditionnelles et baroques d’Amérique du Sud. Autour de thèmes latino-américains, elle nous entraîne dans des rythmes tantôt langoureux, chaloupés, tantôt vifs, piquants, toujours délicatement sensuels.

Les arpa llanera, cuatro, bandolin, charango, jarana et autres requinto sud-américains, variétés d’instruments à cordes pincées tels que nous les connaissons aujourd’hui sont les descendants directs d’instruments importés d’Espagne et  du Portugal avec la colonisation. Et quitte à découvrir le charango, mieux vaut le faire ici avec Raul Orellana qu’avec le dernier Cd de …Yannick Noah !!

Tout de suite, on se doit de saluer la qualité de l’enregistrement lui-même. TOUT s’entend. Preuve en est, comme ces petits coquillages que l’on semble frotter les uns contre les autres dans le tout début de  Los Pajaros perdidos chanté par …Philippe Jaroussky dont la voix semble indissociable de tout ce qui l’entoure. Le premier air du CD, c’est pour lui, une berceuse Duerme negrito, un véritable petit bijou. Invité vedette ? Ce serait faire passer au second plan, la “santé vocale“ d’une Luciana  Mancini dans des Venezuelan folk songs, ou encore la raucité de la voix de Lucilla Galeazzi. Autre surprise avec le timbre surprenant de voix de Vincenzo Capezzuto dans une Zamba ou un Joropo oriental, proche du Fandango. Sachez que l’artiste est, avant d’être chanteur, un remarquable danseur. Quant au fameux bolero Besame mucho, c’est la soprano Raquel Andueza qui vous y entraîne.

On en prend la mauvaise habitude, et on risque alors d’oublier de signaler que les membres de L’Arpeggiata  prouvent une fois de plus, que c’est bien un ensemble de musiciens d’exception.

Quito Gato est là avec différentes variétés de guitare et Lincoln Almada à la arpa llanera, et Mario Hurtado Rodriguez aux maracas et Raul Orellana au charango, maracas, violon baroque.

Après Zamba, Joropo, Polo, Fandango, Bolero et autres rythmes, ce sera en boucle pour quelques temps sur votre platine.

Ce qui ne peut que se rajouter au plaisir de l’écoute, la pochette de ce livre-CD est magnifique, et le contenu très instructif.

Michel Grialou

Partager : Facebook Twitter Email

 

Un commentaire

  • Paddy dit :

    Album magnifique en tous points, qui réjouira les amateurs de musique sud américaine, et la fera découvrir aux autres. Et, justement, les « Venezuelan folks songs » : la seule chose un tantinet agaçante de cette belle réalisation : le tout anglais, ou presque, de la présentation, du sous titre (« the South american project ») aux notes de présentation. Le texte de C. Pluhar est ainsi donné en allemand, français et anglais, mais même pas traduit en espagnol! Dommage, pour un CD que je vais m’empresser d’envoyer à mes amis argentins! Qui demanderont la raison de toute cette anglophonie furieuse!


Michel Grialou Plus d'articles de