Close

« We need to talk about Kevin », un film de Lynne Ramsay

12 Oct Publié par dans Cinéma

Naissance d’un monstre

Le dernier opus de cette réalisatrice britannique est du style à vous rendre étranger au monde qui vous entoure pas mal de temps après votre sortie du cinéma. L’uppercut dans l’estomac est magistral et glaçant. La scène liminaire nous plonge, à tous les sens du terme, dans une tomatina, fête d’origine espagnole qui regroupe chaque année des dizaines de milliers de joyeux drilles qui s’envoient par la figure à peu près une centaine de tonnes de tomates. Une véritable orgie rouge ! Construit sous la forme d’un immense flash-back lui-même fragmenté,  manière de bien vous semer et de vous faire perdre vos repères, le film nous montre la naissance, la prime jeunesse, enfin l‘adolescence d’un monstre. Eva et Franklin appartiennent à la bourgeoisie bohème de New York. Quelques moyens certainement, mais pas d’enfant. Quand celui-ci paraît, si Franklin est au comble du bonheur, Eva vit un séisme majeur. Cette maternité, elle ne la voulait pas. Bébé Kevin l’a-t-il ressenti ainsi ? Le fait est que,  très rapidement, le gamin devient impossible avec sa mère, refusant jusqu’à prononcer le mot maman. En grandissant, les choses ne vont guère s’arranger. Jusqu’à l’acte final aussi prévisible qu’insupportable. Même si « les » Kevin sont remarquables dans un rôle hyper délicat, voire traumatisant pour le tout petit (6/8 ans) : Jasper Newell, Ezra Miller en Kevin ado incarnant le mal absolu avec une conviction effrayante, le personnage principal est bien celui d’Eva, tenue avec une ambigüité magistrale pendant ces presque deux heures par une Tilda Swinton stupéfiante.  Posant plus de questions que donnant des réponses, ce film traite deux sujets en apparence distincts. D’une part celui de la maternité non assumée, d’autre part celui de sa destinée. Devient-on un monstre ou naît-on ainsi ? La question reste posée même si les psychiatres nous disent aujourd’hui que les dégâts psychiques chez un enfant non souhaité peuvent être majeurs.

Pas reposant, mais quelle performance !

Robert Pénavayre

Toutes les bandes annonces et Horaires de vos Cinémas sur Culture 31

 

Partager : Facebook Twitter Email

 

Les Commentaires sont fermés

Robert Pénavayre Plus d'articles de