Close

« Rio », film d’animation de Carlos Saldanha

18 Avr Publié par dans Cinéma

Thriller écolo au Carnaval de Rio

Il s’appelle Blu, c’est le dernier mâle des aras de Spix. Tout petit, victime de trafiquants d’oiseaux exotiques dans sa jungle brésilienne, il a atterri par accident dans le Minnesota et fut recueilli par Linda, une petite fille bien sage, passionnée de lecture. Aujourd’hui, Linda tient, seule, la librairie familiale. Enfin, seule pas tout à fait. Blu est devenu un magnifique perroquet, formidablement intelligent et, à tous les deux, ils forment un duo aussi improbable qu’épatant. Jusqu’au jour où Linda reçoit la visite d’un jeune ornithologue, Tullio, à la recherche du dernier ara de Spix. La race est en passe de s’éteindre et il faut impérativement que Blu rencontre la dernière femelle de son espèce afin qu’ils puissent causer ensemble. Et plus si affinité. Problème, Perla, la femelle en question, est au Brésil, jalousement gardée par Tullio dans une immense volière, et il est hors de question que ce soit cette demoiselle ara qui fasse le voyage.  Grâce à sa persuasion, et à son charme tout latin, il convainc Linda de venir avec lui à Rio pour l’opération de la dernière chance. C’est le début d’aventures trépidantes, hautes en couleurs ( l’action se passe au moment du Carnaval), pleines de suspense   (le petit couple d’oiseaux est kidnappé par d’odieux trafiquants), remplies d’émotion, d’humour, de musiques. Bref, un vrai feu d’artifice mais pas si gratuit que çà pour plusieurs raisons. En réalité, l’ara de Spix semble bien avoir disparu, à l’état sauvage, depuis au moins dix ans et son programme de réintroduction dans la jungle, pour des raisons de disparition de son habitat naturel, semble bien compromis. Ce film, c’est aussi l’apprentissage de l’âge adulte pour Blu au travers d’une jolie parabole : Blu n’a jamais appris à voler, et pour échapper aux fameux odieux trafiquants en compagnie de sa bien-aimée, cela pose des problèmes ! C’est d’ailleurs l’un des ressorts de l’action.

Contrairement à Rango, ce film est vraiment destiné aux enfants et aux préados.

Robert Pénavayre

Horaires, Salles et Bandes Annonces sur Culture 31

Partager : Facebook Twitter Email

 

Les Commentaires sont fermés

Robert Pénavayre Plus d'articles de