Close

Tempête romantique

13 Fév Publié par dans Musique classique | 1 commentaire

C’est le troisième concert de la 11è saison de musique de chambre dans le cadre de Les Clefs de Saint-Pierre à l’Auditorium Saint-Pierre des Cuisines à Toulouse. Rappelons que se réunissent pour notre plus grand plaisir, des musiciens de l’ONCT qui mettent aussi une part de leur enthousiasme au service de tout l’art de la musique de chambre.

Deux violons, deux altos, et un violoncelle sont au rendez-vous.

Pour attaquer, les musiciens interprètent le Quintette à cordes op. 29 de Ludwig van Beethoven. Daté de 1800-1801, il serait le véritable premier quintette du compositeur, «outre qu’il est empreint de cette richesse et de cette fougue qui caractérisent ce qu’il est convenu d’appeler la “deuxième manière“ du musicien». Ce seront quatre mouvements sur trente-deux minutes environ pour cet ensemble présentant incontestablement, maints agréments de finesse d’écriture, sans exclure des accents vigoureux, dramatiques, parfois « pathétiques ».

La deuxième partie de soirée est occupée par le Quintette à cordes d’Anton Bruckner, le « ménestrel de Dieu », bien plus connu pour ses Symphonies que pour cette unique œuvre pour musique de chambre écrite vers 1879. Ce Quintette n’est guère souvent donné en concert. Peut-être son côté trop facile à aborder ! Alors, c’est non pas une raison mais deux pour en profiter. Quatre mouvements composent l’œuvre dont les pages se signalent surtout par une palette de couleurs rayonnante, une chaleur communicative et la justesse de sa composition architecturale. L’effectif est celui du quatuor complété par un second alto.

Un moment réjouissant en perspective.

Michel Grialou

Lundi 14 février – 20h

Auditorium Saint-Pierre des Cuisines

Réservation en ligne

Partager : Facebook Twitter Email

 

Un commentaire

  • Aloysia Weber dit :

    Ce fut un beau concert, même si j’ai regretté que Beethoven ne soit pas interprété avec autant de délicatesse que Bruckner. Celui-ci est d’ailleurs une page de musique de chambre très contrastée qui mérite d’être connue !


Michel Grialou Plus d'articles de